La Clarinette

Un peu d'histoire :

Connue en Egypte depuis le IIIe millénaire, composée d'un, deux ou trois tuyaux, existe au Moyen-Orient, en Afrique musulmane et en Europe méridionale ; en Inde, la clarinette double comporte un réservoir en courge.

En Europe, la clarinette est mise au point vers 1690 par J. C. Denner, qui perfectionne l'ancien chalumeau possédant un tuyau cylindrique et une anche battante. Les diverses transformations apportées ensuite à la clarinette visent à améliorer ses possibilités et son étendue à l'aide de clés supplémentaires. On doit à Auguste Buffet et à Hyacinthe Klosé, en 1844, l'adaptation à la clarinette du système d'anneaux mobiles inventé par Böhm. Ce système est encore utilisé de nos jours. Le corps de l'instrument se compose de cinq parties (bec, barillet, corps supérieur, corps inférieur, pavillon). Grâce à son mécanisme précis et souple, la clarinette permet de réaliser des traits rapides et difficiles sur une étendue importante (3 octaves plus 1 sixte), divisée en trois registres : grave ou " chalumeau ", médium ou "clairon " et aigu. Chacun de ces registres se caractérise par son timbre, chaud, éclatant ou incisif.

La clarinette change de tonalité selon son format. La plus courante est en si bémol. Admise dans les orchestres symphoniques et de théâtre français depuis 1749 (Zoroastre de Rameau), elle inspira cependant un large répertoire de soliste qui s'étend de l'école de Mannheim (XVIIIe siècle) à la musique contemporaine.



Les oeuvres où figurent la clarinette :

Dans ses symphonies, L.. Beethoven confie un rôle directeur à la clarinette (les célèbres soli des 2e, 6e et 8e Symphonies). Il contribue ainsi grandement à lui assurer une position déterminante dans l'orchestre. La sonorité ronde, chaude et brillante de la clarinette était tout à fait adaptée aux conceptions esthétiques de la période romantique. Les compositeurs d'alors l'utilisent dans des registres différents pour nourrir des sentiments variés. Ainsi Carl Maria von Weber, l'emploie pour portraiturer Samiel, l'inquiétant Chasseur noir de son opéra (Der) Freischütz (Le Franc-Tireur), au moyen de son registre grave, constitué par la série des sons fondamentaux, et omis jusqu'alors. (Berlioz qualifia ce registre de  " féminin ".) Les caractéristiques étranges du registre aigu, obtenu en faisant quintoyer l'instrument, sont utilisées par H. Berlioz dans la Symphonie Fantastique. Dans les oeuvres de Mendelssohn, Wagner et Liszt, la clarinette devient l'un des instruments les plus imortants de l'orchestre. Sa sonorité incited'autres compositeurs à la convoquer, au seuil du Xe siècle at au-delà, entre autres Tchaïkovski, Strauss, Debussy, Stravinsky et Chostakovitch.

Les différents types de clarinettes :

Les clarinettes sont classées de la plus aigu à la plus grave.

Retour vers Homepage, Petit Lexique des Instruments de Musique 1