VOYAGE EN POLYNÉSIE FRANÇAISE, (TAHITI, BORA-BORA, MOOREA) MARS 94 

 par: Marie-Claire et Robert INKEL

Après plusieurs heures d'avion, 7 heures de Montréal/Los-Angeles, via Toronto, 8 heures de Los-Angeles/Papeete, la capitale de la Polynésie Française, nous voici enfin sur l'île tant rêvée de TAHITI. Départ: 27 mars 1994 - retour: 13 avril 1994.

 

 

Géographiquement, la POLYNÉSIE FRANÇAISE est située dans le Pacifique Sud à mi-chemin entre l'Australie et la Californie. Ses nombreuses îles s'étendent sur une superficie égale à celle de l'Europe. On y parle le français bien sûr et le tahitien.

PAPEETE, la capitale de la Polynésie française, est située sur l'île de TAHITI. Cette île fait environ 150 kilomètres de diamètre. L'île de MOOREA est la plus proche de Tahiti, soit à quelques 40 kilomètres. BORA-BORA se situe plus à l'ouest, soit à quelques 250 kilomètres de Tahiti; elle est surtout connue pour ses lagons considérés comme les plus beaux du monde. C'est tout à fait vrai...

 TAHITI fut découverte en 1767 par un navigateur anglais, le capitaine Samuel Wallis, qui prit possession de l'île au nom du Roi d'Angleterre. Un an après Tahiti fut "redécouverte" cette fois, par M. de Bougainville, navigateur français qui était déjà bien connu par les habitants de la Nouvelle-France, qui la revendiqua au nom du Roi de France. L'année suivante, Tahiti reçut la visite du capitaine James COOK, venu dans le Pacifique Sud pour faire des observations astrologiques.

 

 

Cook revint à Tahiti à deux autres reprises. C'est en 1788 que débarqua le célèbre capitaine BLIGH, commandant de la "BOUNTY", laquelle fut le théâtre d'une mutinerie illustrée plus tard par le cinéma.

 Nous avons été intéressés par cette destination après avoir lu plusieurs écrits sur Tahiti. Après des mois en mer, ces premiers explorateurs européens, dont Bougainville, n'en crurent pas leurs yeux. Ils pensèrent avoir enfin découvert le Jardin d'Éden, le vrai, un paradis qui de loin dépassait les rêves les plus fabuleux des équipages.

 COOK a également laissé des notes très intéressantes de ses trois voyages à Tahiti. La Polynésie Française et Tahiti sont devenues dans les dernières années des destinations choisies par plusieurs navigateurs à voile; plusieurs récits de ces voyages peuvent être trouvés dans les bibliothèques municipales et scolaires.

 Le climat est agréable à Tahiti pendant toute l'année; il est tempéré par les alizés. On trouve à Tahiti et dans les autres îles beaucoup de fleurs, dont des hibiscus, des bougainvillées, des tiarés, des frangipaniers. ON EN TROUVE PARTOUT...

 Les fruits y sont également en abondance: mangues, papayes, cocos, avocats, caramboles, ananas, pamplemousses, et le fameux URU, le fruit de l'arbre à pain.

Tahiti et ses îles ont gardé intact leur patrimoine culturel ainsi que le charme et la gaieté de leurs populations. L'accueil des Tahitiens et Tahitiennes est légendaire, ainsi que leur sens de la danse, de la musique et du rythme.

 Nous avons été envoûtés par la beauté variée et parfois émouvante de ses paysages et aussi par la joie de vivre nonchalante de ses habitants. Notre voyage a comporté une bonne part d'imprévu; en effet, nous avions des réservations pour la première semaine, mais aucune pour la deuxième, si ce n'est pour la dernière nuit avant le retour.

 

A notre descente d'avion à Papeete, nous avons pris une vedette rapide pour traverser à l'île de Mooréa. Cette traverse s'effectue en une heure environ. Nous sommes demeurés une semaine dans un hôtel situé dans la baie de Cook. Ici à Mooréa, le temps semble s'arrêter. Tout y est plus lent, plus relax. La végétation y est superbe, les palmiers, les cocotiers, les fleurs, la mer, le soleil très ardent, les couleurs très brillantes.

 C'est un endroit idéal pour y faire de la plongée en apnée. Chaque soir, nous avons la possibilité de participer à des buffets polynésiens (tamaaraa), suivis de spectacles de haute qualité, chants, danses, folklore polynésien local.

 

 MOOREA est une petite île, dont le tour fait environ 60 kilomètres. Nous en avons parcouru la plus grande partie en vélo, n'y manquant rien des paysages grandioses. On ne retrouve pas de développement touristique important à Mooréa, et c'est bien comme ça; les quelques complexes hôteliers qui s'y trouvent ont tous gardé le style polynésien, petite cabanes avec toits de palmes, certains construits directement sur le lagon, avec une touche de moderne bien intégrée toutefois. Il n'y manque rien au point de vue commodité. Piscine, restaurants, snack bars, équipements de plongée, vélos, pirogues, boutiques de souvenirs, etc...

 Il n'y a pas de ville ici à Mooréa; que de petits villages. Le plus près de notre hôtel, Pao Pao se trouve à 3 kilomètres et comprends quelques restaurants, une épicerie, une boulangerie-pâtisserie, quelques boutiques d'artisanat local, 2 églises et plusieurs petites résidences toute simple avec plein de fleurs, d'arbres fruitiers, de cocotiers.

 Le temps s'arrête à MOOREA et c'est à regret que nous quittons ce paradis de tranquillité après une semaine, pour retourner à PAPEETE.

Évidemment, PAPEETE c'est la capitale; avec ses commodités, ses inconvénients, ses attraits particuliers, son marché, son port de mer.

 La ville comprends une population de plus de 70,000 personnes. C'est le siège du gouvernement, c'est aussi un port de mer important. Le marché de Papeete nous permets de vivre toute la culture polynésienne. Il est ouvert tous les jours de 5h du matin à 6 h du soir, et particulièrement animé le dimanche quand se retrouvent les familles tahitiennes qui viennent faire leurs emplettes. On y trouve: poissons frais, fruits de mer, légumes et fruits de toutes sortes, colliers, coquillages, etc...

 A tous les soirs, aux abords du port, les stationnements font place à plus d'une cinquantaine de petits restaurants ambulants. Chacun y arrive vers 6 h du soir, retrouve son endroit réservé, y installe sa roulotte, ses bancs et tables. Certains y font même rôtir des quartiers de veaux ou d'agneaux sur broches. On y retrouve des menus pour tous les goûts, plats polynésiens, chinois, japonais, pâtes italiennes, crêpes bretonnes et bien d'autres menus. C'est un joli mélange de plusieurs cultures qui vivent en harmonie. C'est un rendez-vous régulier pour les touristes de passage à PAPEETE ainsi que pour les résidents de la ville et de ses environs.

 Nous avons passé 2 jours très agréables à Papeete, et nous y reviendrons pour 2 autres journées à notre retour de Bora-Bora.

 BORA-BORA a la réputation d'être une des plus belles îles du monde. Quoique nous n'avions aucune réservation, nous avons pu obtenir des billets d'avion pour un vol régulier de AIR TAHITI pour BORA-BORA, départ lundi matin à 6 h am. Vol aller seulement...

 Après 2 heures de vol, où nous avons pu admirer du haut des airs l'île de MOOREA, HUAHINE, nous pouvions enfin apercevoir cette île et ce lagon, décrits par tous comme étant les plus beaux du monde.

 Bora-Bora, surnommée la perle des îles Sous-le-vent, se présente comme un vaste anneau de corail cernant un lagon éblouissant de lumière et de couleurs, en communication avec l'océan par une seule grande passe. Les côtes de l'île, très découpées, s'étendent sur une trentaine de kilomètres. De partout, on distingue la silhouette caractéristique du pic central, le mont Otemeru, qui culmine à 2,300 pi. d'altitude.

 

 

 Nous avons trouvé gîte près de la pointe Matira, dans un joli complexe hôtelier, regroupant quelques petits "fare" (petite maisonnette à toit de palmes). Nous étions directement sur la plage, face au lagon, au milieu des bleus et des turquoises, avec à l'arrière les masses terrestres vertes. Sur notre site, cocotiers, bougainvilliers, et bien d'autres fleurs qui enveloppent l'air que l'on respire de mille parfums.

 

 Si on est le moindrement rêveur, on tente de s'imaginer parfois à quoi devait ressembler le Paradis terrestre: voilà qui vient donner une très bonne idée. Nous avons apprécié pendant 4 jours l'extraordinaire beauté de BORA-BORA. Nous avons pu constater que tout ce qui se dit et s'écrit sur BORA-BORA est véridique; c'est un endroit merveilleux.

Nous aurions aimé demeurer à BORA-BORA beaucoup plus longtemps, mais nous devions revenir et nous n'avions pas de billets d'avion pour le retour. Nous avons décidé de revenir par bateau. Ainsi, nous nous sommes rendu dès 8.30 h du matin au port de VAITAPE, (village principal de BORA-BORA), afin d'y attendre le prochain bateau, attendu pour midi-trente, mais nous l'avons attendu quelques heures de plus... voilà bien le trait caractéristique des polynésiens; ils ne sont jamais pressés. Un petit retard de 2-3 heures dans l'horaire, c'est pas important... et nous avons tout simplement passé quelques heures de plus à savourer BORA-BORA.

 

 Au départ, on se dirige vers RAIATEA, île voisine de BORA-BORA, où quelques nouveaux passagers embarquent, et le bateau prends également une nouvelle cargaison. Quelques 2-3 heures plus tard, nouvel arrêt à l'île de HUAHINE, pour un nouvel embarquement de passagers, déchargement de matériel et nouvel embarquement de cargaison. Enfin, vers minuit, c'est le départ de HUAHINE pour la destination définitive, TAHITI, pour une navigation de nuit par un beau ciel étoilé. Nous avions la possibilité de louer une petite chambrette, alors que la plupart des passagers locaux dormaient à la belle étoile, couchés sur le pont central du bateau. Nous étions déjà debout sur le pont au lever du soleil.

 Arrivée au port de PAPEETE vers les 9.30h du matin; belle navigation paisible, pas de mal de mer; l'océan Pacifique, c'est comme la mer de la Tranquillité, du moins à ce moment-là.

 Nous gardons un excellent souvenir de cette traversée de BORA-BORA à TAHITI. Quitter le lagon de BORA-BORA par l'unique passe de TEAVANUI, voilà une expérience unique, inoubliable, moment bien gravé dans notre mémoire.

 Nous profitons de notre retour à TAHITI pour faire le tour de l'île. Nous avons eu la chance de rencontrer des Québécoises, religieuses de la communauté des Filles de la Charité de Sherbrooke, lesquelles oeuvrent dans différents milieux ici depuis plusieurs années. Surprise à notre arrivée, des compatriotes, qui avaient eu vent de notre venue, nous souhaitaient la bienvenue à TAHITI. Nous avons eu l'occasion de goûter à l'hospitalité de S. Denise Lessard, S. Micheline Busque et de leurs compagnes. S. Marie-Andrée Huuveke, qui est native des Iles Marquises, nous a fait bénéficié d'un tour de l'île plutôt exceptionnel. C'est un trajet de plus de 100 kilomètres. Très varié comme paysages. Toujours cette ceinture de corail qui entoure la plupart des îles de la polynésie, avec quelques passes à différents endroits. La plupart des villages se sont développés face à ces passes qui permettent de rejoindre la mer.

 Nous avons visité le musée de TAHITI ET SES ILES, musée qui fait l'historique du peuple polynésien, ses origines, ses traditions, son histoire, ses us et coutumes, ses découvreurs européens. Nous avons également visité le lieu de séjour à TAHITI du peintre célèbre PAUL GAUGUIN. Enfin, ce fut un tour guidé tout à fait inoubliable, complet, enrichissant de culture polynésienne, rempli de paysages uniques et exceptionnels.

 Denise, Micheline, Marie-Andrée sont venues nous offrir le "parahi" (au revoir tahitien), à notre départ de TAHITI, en nous présentant le traditionnel collier polynésien. A notre arrivée, c'était le collier de fleur. Voilà de bien belles traditions, qui démontrent le haut niveau d'hospitalité de tous les polynésiens.

Visiter les îles polynésiennes constitue une expérience incomparable. Leur attrait ne réside pas seulement dans le sens de l'hospitalité du peuple polynésien et dans la beauté spectaculaire des paysages. Voilà un peuple heureux, qui adore manger, boire et faire la fête. Ces ingrédients, avec l'ambiance et la qualité de la France et ce sens de l'hospitalité, composent la recette magique de TAHITI et ses îles.

 Long retour via Los-Angeles, vol de nuit avec plusieurs heures de décalage. Arrêt de deux jours en Californie, petite visite éclair de la très belle région de SAN-DIEGO, à l'extrémité sud de la Californie, tout près de la frontière Mexicaine.

 Nous prenons un vol d'Air-Canada pour Montréal, via Toronto, et reprenons rapidement contact avec notre saison de ski de printemps et nos parties de sucre d'érable.

 Nous avons été ravis, émerveillés par la Polynésie Française, et avons tenté de vous en faire partager la beauté. A la prochaine.

  Marie-Claire et Robert INKEL.

 Pour retourner à notre page principale et retrouver nos autres voyages, cliquez: http://www.reocities.com/bobinkel